• PIKAN**CHI DOUBLE

    Ecouter la chanson

    Télécharger le clip officiel avec Megaupload

     

    Paroles

    Minareta machinami itsumo no nakama ga hanareteku nante tabidatte yuku nante
    Jibun wo sagashite kodoku ni obiete tomo ni sugoshita saikou no taikutsu na hibi

    Massugu ni me wo mirezu yurayura yureteru
    Sore zore no michi ni sasu hikari no nami wo koete yuku

    Owatta hazu no yume ga mada bokura no senaka ni semaru kizamareta omoide ga sawagi dasu
    Kagirareta ai to jikan wo ryoute ni dakishimeru semete kyou dake wa kienaide

    Mawari wo kini shite mita me mo kini shite nani ga hontou ka wakarazu aruiterunda
    Nayanda riyuu wa wasurete shimatta boku no yuutsu wo dareka tomete kurenaika

    Hibi wareta puraido wo daiji ni shimai konde
    Oogesa ni hanashiteta kokoro no sukima umeteita

    Tomatta jikan wa yuugure bokura no mirai wo terasu nido to modorenai yoru no naka de
    Itsumade mo katari tsuzukeru towa to kibou no uta wo tatoe ima dake to wakatteitemo

    Mada mada da ore ga tomaru tokoro janai kara
    Asahaka na aoi omoi wo idaiteita noka
    Akasatana naratta goro kara juunen ijouka
    Waka sugita "kono mama zutto" nante kangae

    Ugoki hajimeta ressha no naka ni itsudemo kimi wa iru kara
    Ano toki ano bashode mata aeru kana
    Shinji tsuzuketa hitomi no oku ni itsudemo boku wa iru kana
    Umibe ni saita hana no youni takumashiku
    Zutto kono mama hikari yo bokura no mirai terashite
    Takaku maiagare

    Owatta hazu no yume ga mada bokura no senaka ni semaru kizamareta omoide ga sawagi dasu
    Kagirareta ai to jikan wo ryoute ni dakishimeru semete kyou dake wa kienaide

    Tomatta jikan wa yuugure bokura no mirai wo terasu nido to modorenai yoru no naka de
    Itsumade mo katari tsuzukeru towa to kibou no uta wo tatoe ima dake to wakatteitemo

    Ugoki tsuzuketa choushin to tanshin wa
    Furikaette miru to iya ni tankikan
    Akasatana naratta koro kara ima
    Orera wakasugita tada wakasugita

     

    Traduction

    Je quitte ces rues de la ville qui me sont si familières,
    Mes amis qui sont toujours les mêmes et je pars en voyage.
    Se cherchant soi-même, effrayés par la solitude,
    Nous passâmes nos journées ensemble. Ces jours formidables mais futiles.

    Ne pouvant regarder droit devant moi, chancelant, je marche aveuglement.
    J'avancerai, traversant la vague de lumière qui brille au dessus de chaque chemin.

    Le rêve qui était censé avoir pris fin continue à nous pousser en avant.
    Les souvenirs les plus enfouis commencent à se faire entendre.
    L'amour et le temps limités que je serre dans mes deux bras,
    Au moins aujourd'hui, ne disparaissent pas.

    Inquiet pour mon entourage, inquiet des apparences.
    Où est le vrai du faux ? Je vis ma vie sans le savoir.
    J'ai complétement oublié la raison de cette inquiètude.
    Que quelqu'un arrête cette souffrance, s'il vous plaît.

    Avec précaution, j'ai fait disparaître ma dignité brisée.
    Je me donnais de l'importance pour cacher les fissures dans mon coeur.

    Quand tout devient noir, les temps interrompus illumineront notre avenir,
    Au milieu d'une nuit à laquelle nous ne pourrons jamais retourner.
    Toujours, j'en parlerai, même si ce n'est que maintenant...
    Que je comprends cette chanson d'éternité et d'espoirs.

    Pas encore, parce que nous n'abandonnerons pas.
    T'accrochais-tu à ces pensées stupides et immatures ?
    S'est-il passé déjà 10 ans depuis que j'ai appris l'alphabet ?
    Nous étions trop jeunes à penser: "Rien ne changera jamais".

    Parce que tu seras toujours là, dans un train près à démarrer,
    Maintenant, ici, je me demande si l'on se reverra un jour.
    Au fond de ces yeux pleins d'espoir, je me demande si je serai toujours là.
    Comme une fleur qui éclot indomptablement sur la plage,
    Toujours, ainsi, nous illuminerons.
    Notre avenir brillera et s'élèvera haut.

    Le rêve qui était censé avoir pris fin continue à nous pousser en avant.
    Les souvenirs les plus enfouis commencent à se faire entendre.
    L'amour et le temps limités que je serre dans mes deux bras,
    Au moins aujourd'hui, ne disparaissent pas.

    Quand tout devient noir, les temps interrompus illumineront notre avenir,
    Au milieu d'une nuit à laquelle nous ne pourrons jamais retourner.
    Toujours, j'en parlerai, même si ce n'est que maintenant...
    Que je comprends cette chanson d'éternité et d'espoirs.

    Si les aiguilles des minutes et des heures, qui continuent à avancer,
    Essayent de revenir en arrière, je vois que la distance est courte...
    Entre le moment où j'ai appris l'alphabet et aujourd'hui.
    Nous étions trop jeunes, tout simplement trop jeunes.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :